Retraite : les 6 erreurs à ne pas commettre

En grande majorité, les erreurs des caisses de retraite représentent 1 pension sur 5 en région Provence-Alpes-Côte-D’Azur et région Île-de-France. En majorité, ces erreurs sont en défaveur des bénéficiaires.

Mais, les futurs retraités commettent également des erreurs au vue de la complexité de la retraite aujourd’hui.

Voici les erreurs les plus courantes que font ces futurs retraités.

1. Oublier de signaler l’ASPA d’un changement de situation

L’ASPA est une allocation de solidarité appelée également « minimum vieillesse ». Cette allocation permet de garantir à un foyer une ressources financière minimum pour subvenir aux différentes charges des retraités.

En 2022, le montant de l’ASPA est de 903€ par mois et par retraité.

Comme pour d’autres services d’allocations, en cas de changement de situation ou de composition du foyer, le retraité doit avertir l’ASPA.

2. Ne pas avertir de son départ à la retraite à Pôle Emploi

Il faut savoir que Pôle Emploi est un organisme qui gère les demandeurs d’emploi en France.

Si les nouveaux retraités étaient inscrits à Pôle Emploi, il est impératif de prévenir du changement de situation.

En anticipant cette démarche, cela évite au futur retraité de remboursé à Pôle Emploi un trop perçu.

3. Ne pas prendre en considération la CAF dans ses démarches retraite

La CAF (Caisse d’Allocation Familiale) est un organisme permettant la distribution d’aides financières selon la situation de chaque personne. Versement d’une allocation logement, d’une prime d’activité… mais aussi de diverses allocations pour personnes âgées. La CAF étudie vos droits et calcule le montant de vos aides à partir des informations de votre dossier.

Vous pouvez à tout moment estimer le montant de votre aide en faisant une simulation sur le site de la www.caf.fr

Il est très important de mettre à jour sa situation également pour éviter une perte d’aide ou un trop-perçu.

4. Cumuler emploi-retraite sans informer la caisse de retraite

Le cumul emploi-retraite est faisable à n’importe quel moment pour les retraités sauf pour ceux qui veulent continuer à travailler pour leur ancien employeur. Eux, doivent respecter un lapse de temps de 6 mois entre la date de départ en retraite et la reprise de l’activité.

Ce qui est indispensable pour vous éviter des problèmes, c’est de signaler à votre caisse régionale de retraite que vous avez repris une activité salariée ou indépendante.

5. Signaler un changement en cas de modification de type d’emploi

Il est possible, pour les personnes âgées de 60 ans ou plus, de commencer à percevoir une partie de la pension de retraite tout en continuant à travailler. Ce dispositif s’appelle la « retraite progressive ».

Si vous souhaitez mettre en place ce dispositif, il est impératif de prévenir votre caisse de retraite afin qu’il puisse ajuster le montant de votre pension. Vous continuez à cotiser contrairement au « cumul emploi-retraite ».

6. Ne pas faire appel à RETRAITEXPERTISE

Retraitexpertise est un bureau d’études technique proposant une optimisation de votre pension de retraite. Pour optimiser correctement votre retraite, il faut vous y prendre à partir de 50 ans et vous faire aider par un expert retraite.

Sans cette aide, vous risquez de perdre des droits acquis de manière irréversible et les recours sont très longs et très compliqués. Ces procédures pénibles vont vous gâcher votre début de retraite avec un sentiment d’amertume et d’injustice.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.