Articles 2022
Histoire de la retraite

Histoire de la retraite

Nous allons ici retracer l’histoire de la retraite, de sa création, en passant par les différentes formes qu’elle a prise pour arriver à sa configuration actuelle.

La mise en place du système de retraite

Historiquement, c’est en 1673 que le premier régime de retraite voit le jour. Colbert, ministre des Finances de Louis XIV, met en place ce régime pour les militaires de la marine les plus méritants.

En 1905, la loi sur l’assistance obligatoire aux vieillards, infirmes et incurables privés de ressources est votée. Celle-ci permet aux personnes de plus de 65 ans ou atteints de maladies incurables de percevoir des ressources. La retraite ouvrière et paysanne voit le jour en 1910, qui est une assurance sociale à caractère obligatoire.

De nouvelles lois sont votées de 1928 jusqu’à 1940 mais qui restent sans résultat. En 1941, une allocation aux vieux travailleurs salariés se met en place et s’inscrit comme l’ancêtre du minimum vieillesse que nous connaissons aujourd’hui.

C’est à partir de 1945 que les plus grandes impulsions voient le jour. A la sortie de la seconde guerre mondiale, le Conseil National de la Résistance (CNR) aspire à bâtir un système de sécurité sociale complet. Cette Sécurité Sociale se composerait de l’assurance vieillesse, maladie, famille et accidents du travail. (Voir notre article sur la Sécurité Sociale).

C’est là que le régime général des retraites nait, qui s’applique à tous les salariés du secteur privé. On fixe l’âge minimum pour percevoir sa retraite complète à 65 ans. Néanmoins, certaines professions et organismes conservent leur propre régime, ce qui amène à la création des régimes spéciaux.

En 1947, l’Association Générale des Institutions de Retraite des Cadres (AGIRC) se créé. Ce régime complémentaire, dédié aux cadres, s’ajoute au régime de base de tous les salariés. Ce régime fonctionne cependant en points.

En 1956, un revenu minimal aux personnes âgées se créé. Il a pour objectif d’aider les personnes de plus de 65 n’ayant pas assez cotisé. C’est la naissance du minimum vieillesse.

L’Association pour le Régime de Retraite Complémentaire des salariés (ARRCO) voit le jour en 1961. Elle coordonne la retraite complémentaire pour les salariés du privé, les cadres et non cadres. Les pensions de l’ARRCO s’ajoutent à la retraite du régime de base. Elles se calculent en fonction des points, tout comme l’AGIRC.

Il devient nécessaire d’être affilié à un régime de retraite complémentaire (AGIRC ou ARRCO) en 1972. Cela permet aux salariés de percevoir une retraite de base et une retraite complémentaire.

Les réformes du système de retraite

L’âge de la retraite passe à 60 ans au lieu de 65 ans en 1982 grâce à François Mitterrand. Il faut cependant avoir cotisé au moins 37,5 ans.

Cependant, la réforme Balladur en 1993 rallonge la durée d’assurance de 37,5 à 40 ans, soit de 150 à 160 trimestres de cotisation. Le mode de calcul des pensions passe alors des 10 meilleures années de salaire aux 25 meilleures. De plus, les pensions versées aux retraités sont indexées sur les prix et non plus les salaires.

En 2003, la réforme Fillon fait passer la durée de cotisation à 41 ans (164 trimestres). Elle aligne aussi la durée de cotisation du public sur celle du privé. Le système de surcote est introduit afin d’encourager le report du départ à la retraite.

La réforme des régimes spéciaux en 2007 permet à ces régimes spéciaux de s’aligner sur le régime de la fonction publique en instaurant un mécanisme de surcote et décote. La revalorisation des pensions s’indexe alors sur les prix et non plus sur les salaires.

La réforme Woerth en 2010 a plusieurs objectifs. Elle cherchait à compenser le déficit de 32 milliards d’euros en 2010 à la suite de la crise de 2008 et à résorber le besoin de financement du système des retraites. Celle-ci prévoit un recul de l’âge de départ à la retraite à 62 ans et le report de l’âge automatique de la retraite à taux plein à 67 ans. Elle instaure aussi des restrictions sur les conditions d’accès au dispositif carrière longue.

La réforme Touraine, en 2014, est la dernière réforme du système. Elle prévoit l’instauration d’un compte pénibilité permettant de partir à la retraite plus tôt, une augmentation à 172 trimestres de cotisation et de nouvelles possibilités de rachat de trimestre.

Le dernier changement dans le système de la retraite a eu lieu en 2019 avec la fusion de l’AGIRC-ARRCO. Cela permet de mettre en commun leurs réserves financières et d’harmoniser les règles de la retraite complémentaire pour les salariés. Elles utilisent dorénavant le même système de points.

Ainsi, la construction du système de la retraite et les différentes réformes se sont déroulées sur des décennies de manière à obtenir le système le plus performant possible. Les réformes de 1993, 2003, 2010 et 2014 ont ainsi conduit à allonger la durée d’assurance, la base de calcul de la retraite et à aligner les conditions du secteur public et des régimes spéciaux sur le privé.

Retraitexpertise vous aide à mieux comprendre ce système complexe. Nous mettons notre expertise à votre disposition afin de vous offrir les meilleures conditions de départ à la retraite dans vos démarches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.